L'article

La Réforme pour les nuls

 
16.05.17 - Histoire. 2017 marque le 500e anniversaire de la Réforme. Ça ne vous dit pas grand-chose? Révision de vos classiques avec notre chronologie express.
1177 Pierre Valdo, marchand de tissus à Lyon, découvre la foi en lisant la Bible. Il fonde une confrérie pour venir au secours des plus pauvres et demande au pape la possibilité de créer un ordre laïque de prédicateurs de l’Evangile. Refus de Rome. Pierre Valdo décide d’outrepasser cette interdiction. Il crée un mouvement de prédicateurs et lorsqu’il est exclu de Lyon par l’archevêque, il cherche refuge en Italie. Les disciples de Valdo deviennent «les Vaudois».

1377. John Wycliffe, en Angleterre, est un théologien et un philosophe qui plaide pour un retour à la Bible. Il est blâmé par le pape mais soutenu par le roi d’Angleterre. Il s’inspire du travail de Valdo et œuvre pour que la Bible soit traduite en anglais. Il meurt en 1388. En 1415, le concile de Constance condamne ses idées comme étant hérétiques. Son corps est exhumé et brûlé.

1415. Jean Hus, à Prague, est brûlé comme hérétique pour avoir prêché sur trois points: seul le Christ a autorité sur l’Eglise et non l’Eglise sur le Christ; le témoignage unique de la Bible; la contestation de la présence réelle du Christ dans l’eucharistie.

1517. Luther, moine augustinien, affiche 95 déclarations qui rappellent l’autorité souveraine de la Bible et les déviances dans l’enseignement (et la conduite) de l’Eglise romaine. Il est excommunié en 1520.

1522-1525. Zwingli, réformateur suisse, introduit la Réforme à Zurich. La ville devient protestante. La messe selon le rite catholique est interdite dès 1525.

1523. Lefèvre d’Etaples, du Cénacle évangélique de Meaux, publie en France la première traduction du Nouveau Testament en français. Il doit être protégé par Marguerite d’Angoulême.

1529. Déclaration à Spire. Cinq princes allemands et les représentants de quatorze villes répliquent à l’empereur Charles Quint par une déclaration solennelle: «Nous protestons devant Dieu, ainsi que devant tous les hommes, que nous ne consentons ni n’adhérons au décret proposé dans toutes les choses qui sont contraires à Dieu, à sa sainte Parole, à notre bonne conscience, au salut de nos âmes.»
C’est ici l’origine du mot «protestant», sous lequel se feront plus tard appeler l’ensemble des partisans de la Réforme.

1533. Henri III d’Angleterre rompt avec Rome.

1534. La Bible est traduite en allemand par Luther.

1535. Genève s’ouvre à la Réforme et les Vaudois financent le travail de traduction en français de la Bible. C’est Olivétan, cousin de Calvin, qui fait ce travail.

1536. Calvin, qui a dû fuir la France suite à ses prises de position contre l’Eglise catholique et en faveur de la Bible comme seule autorité, s’est réfugié à Bâle. Il y termine et publie (en latin) l’œuvre de sa vie: l’Institution de la religion chrétienne.
Calvin a 25 ans. Toute sa vie, il complètera ce livre. Cette même année, Calvin entamera un premier séjour à Genève, provoqué par Guillaume Farel qui a dû, lui aussi, fuir la persécution qui s’est abattue sur le Cénacle de Meaux. En France, l’Affaire des placards provoque de nouvelles violences contre les gens de la Religion prétendue réformée (RPR).

1538. Genève ne supporte pas les mesures prises par les responsables protestants et les exclut de la ville. Farel va à Neuchâtel, Calvin à Strasbourg, où il va collaborer avec Martin Bucer, lequel a gagné la ville à la Réforme.

1541. Genève réclame le retour de Calvin à cause de la place que prend le Parti des libertins. Il y revient et publie en français son Institution chrétienne.
1557. John Knox, qui a collaboré avec Calvin à Genève, s’en retourne en Écosse, son pays natal, pour y introduire la Réforme.

1559. Premier synode (clandestin) des Eglises réformées en France.

1561. Catherine de Médicis provoque le Colloque de Poissy pour raisons politiques. Elle souhaite une réconciliation entre catholiques et protestants. Calvin est représenté par Théodore de Bèze. Les protestants sont soutenus par l’Amiral de Coligny. C’est un échec.

1562-1578. Plusieurs guerres de religion éclatent. Calvin meurt en 1564. La Confession de la Rochelle, qui exprime la foi et la doctrine des protestants, est proclamée.
Eric Denimal, auteur de la Bible pour les Nuls (éd. First)

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
En savoir plus

De la division au dialogue

En mars 2017, une célébration de réconciliation et de pardon pour la division des chrétiens a réuni des protestants et des catholiques près de Hanovre, en Allemagne, en présence de la chancelière Angela Merkel. Intitulée «Guérir les mémoires», cette manifestation a été initiée par l’Eglise évangélique réformée et la Conférence des évêques, à l’occasion de l’anniversaire des 500 ans de la Réforme. Pour le lancement des commémorations, le pape François s’est rendu en Suède en octobre dernier, à l’invitation des Eglises luthériennes. «Luther a fait un grand pas pour mettre Dieu dans les mains du peuple», a souligné le pape, faisant allusion à la traduction de la Bible en allemand. Le souverain pontife soigne également les relations avec les évangéliques italiens. Quel chemin parcouru, depuis l’excommunication de Martin Luther et les guerres de religion du 16e siècle et des deux suivants! Ces dernières décennies, plusieurs événements ont marqué le dialogue entre protestants et catholiques. Depuis 2014, un document Du conflit à la communion, élaboré par la Commission internationale de dialogue entre luthériens et catholiques, propose une relecture de la Réforme. Il la situe en regard des enjeux que sont l’œcuménisme, la mondialisation et la sécularisation. Le dialogue progresse sur le plan institutionnel, même si des divergences théologiques et de traditions liturgiques subsistent. Mais c’est surtout sur le terrain, par le biais d’initiatives communes et de rencontres, que le rapprochement des chrétiens de différentes confessions devient effectif et visible. On pense par exemple à la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, aux rencontres de Taizé. Anglicans, catholiques, réformés et évangéliques organisent en outre des Parcours Alpha (Alphalive en Suisse), une série de rencontres pour (re)découvrir la foi chrétienne. Pareil pour les semaines de camps de jours pour les enfants KidsGames en Suisse romande où les Eglises travaillent main dans la main. Sur le plan humanitaire, Pain pour le Prochain, Action Carême collaborent depuis des années en Suisse. (sr)
 

x