L'article

Distants mais attachés aux valeurs chrétiennes

Distants mais attachés aux valeurs chrétiennes
 
22.11.18 - La population se dit majoritairement attachée aux fêtes et valeurs chrétiennes. Pourtant, seule une minorité déclare se sentir «bien et chez elle» dans une communauté religieuse. Résultats et analyse dʼun sondage exclusif.
Noël et sa féerie, Pâques et ses processions, lʼAscension et la Pentecôte, les chiffres sont flagrants: six Suisses sur sept souhaitent le maintien des fêtes chrétiennes quand trois sur quatre affirment que les valeurs chrétiennes font partie des valeurs suisses. A lʼinverse, ceux qui pensent quʼil ne faut pas maintenir les quatre principales fêtes chrétiennes sont ultra-minoritaires et représentent moins de 6% des personnes interrogées.

Une conception culturelle
Lʼattachement aux fêtes dʼorigine chrétienne est très élevé dans lʼensemble de la population, quel que soit lʼâge, le sexe ou le niveau de revenu. La seule différence notable se trouve chez ceux (très minoritaires) qui ne souhaitent pas maintenir les fêtes chrétiennes. Ils sont sept fois plus nombreux à partager cet opinion parmi les cadres, directeurs et dirigeants (7,2%) que chez les femmes et les hommes au foyer (1%).
«Lʼattachement à la question des jours fériés relève plus dʼune conception culturelle que religieuse», analyse Laurent Amiotte-Suchet, professeur et chargé de recherche en sociologie des religions à lʼuniversité de Lausanne. Le chercheur évoque notamment lʼaspect commercial des deux fêtes principales que sont Noël et Pâques avec les cadeaux et les chocolats, mais aussi les traditions et les repas familiaux. «Les valeurs renvoient, elles, à la question de lʼidentité», poursuit-il. «Même sʼil y a moins dʼattachement, elles restent importantes parce quʼelles touchent à lʼintime, à qui je suis.»
Cʼest sur cette question des valeurs, justement, quʼémergent les premières différences.
Les 15-29 ans sont moins nombreux à affirmer que les valeurs chrétiennes font partie des valeurs suisses que les plus de 45 ans. Une proportion qui chute à un peu plus de la moitié chez les personnes en formation.

Chez soi, cʼest où?
Lʼattachement des Suisses aux fêtes et aux valeurs chrétiennes tranche avec le faible sentiment dʼappartenance aux communautés religieuses. A la question «Où vous sentez-vous bien et chez vous?», parmi les cinq propositions, la famille arrive en tête avec plus de 95% de réponses favorables, suivie de la Suisse avec 92% et des loisirs ou clubs de sport avec 77%. 69% des Suisses se sentent bien et chez eux au travail et seulement 24% dans leur communauté religieuse, catégorie qui arrive nettement dernière (voir graphique ci-dessous). «Les résultats de cette enquête sont à première vue surprenants», note Ralph Kunz, professeur de théologie pratique à lʼUniversité de Zurich. «Tout au moins, ce résultat donne raison à ceux qui disent que la Suisse et lʼEurope sont une île laïque dans un océan religieux.»

Un marqueur établi en Suisse
Pour le théologien, lʼapprobation des valeurs chrétiennes et des fêtes reste très élevée, notamment parmi les plus jeunes. «Peut-être est-ce une tendance. Certains pourraient y voir une réaction à lʼislamisme et le fruit dʼune islamophobie croissante. Quoiquʼil en soit, le christianisme est un marqueur bien établi en tant quʼidentité locale.»
Pour Laurent Amiotte-Suchet, la religion a deux facettes: institutionnelle et communautaire. «Dʼun point de vue institutionnel, les religions ont encore une place structurante en Suisse. Les Eglises jouent un rôle important dans certains cantons. Ce sont des actrices de la vie sociale, notamment dans le secteur de lʼentraide ou des structures socio-sanitaires», explique lʼuniversitaire. «Les individus ont néanmoins pris de la distance avec ces institutions qui leur donnent des dogmes et des valeurs.»
Sur lʼensemble du pays, moins dʼun quart des personnes interrogées disent se sentir bien et chez elles dans leur communauté religieuse. Ce chiffre chute à une personne sur huit en Suisse romande, soit plus de deux fois moins quʼen Suisse alémanique. «Il y a un attachement fort à un héritage chrétien en Suisse, y compris du point de vue politique. Et cela davantage en Suisse alémanique», avance Laurent Amiotte-Suchet. «La religion nʼa pas la même influence selon les cantons. Cʼest relatif à la pluralité du pays.»

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © istockphoto
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x