L'article

A quel endroit ces sportifs de haut niveau se sentent-ils chez eux? (1)

A quel endroit ces sportifs de haut niveau se sentent-ils chez eux? (1)
 
22.11.18 - Noémi Giradet, vingt-trois ans, a la nage pour passion et pas seulement, elle en a fait son activité principale. Entre les compétitions, les voyages et les entraînements, il ne reste pas beaucoup de temps à la sportive pour souffler. Entretien.
«Le sentiment de sécurité de la famille»

Vous avez nagé dans l'équipe suisse de relais 4x100 m aux JO de Rio 2016. Quels sont vos prochains objectifs sportifs?
Etant donné que les Jeux Olympiques sont la consécration d'une carrière de sportif, mon objectif actuel, ce sont les prochains Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Le même relai a de bonnes chances de se qualifier à nouveau. Mais avant cela, les premières étapes à franchir sont la qualification olympique aux championnats du Monde en Corée du Sud l'été prochain, puis celle aux championnats d'Europe en mai 2020, juste avant les JO.

Vous participez à nombre de compétitions et meetings de natation. Dans ces fréquents déplacements, qu'est-ce qui constitue le plus gros défi?
Cela implique une bonne organisation. En effet, je vis la semaine dans un studio indépendant, ce qui me permet de m'entraîner en parallèle de ma formation de Bachelor en soins infirmiers à la Haute Ecole de Santé de Genève. Les week-ends sans compétition, je rentre chez mes parents dans le canton de Vaud.
Gérer les déplacements en compétition, la durée des trajets, tout en me fatiguant le moins possible et ne pas paniquer lors des imprévus liés aux voyages constituent mes défis principaux. Ce qui me stresse souvent, c'est de penser à ne rien oublier.
Il m'arrive régulièrement de voyager seule car les déplacements de l'équipe suisse se font depuis Zurich. Je m'arrange alors pour trouver un billet d'avion depuis Genève. J'aime savoir que je vais récupérer ma valise et retrouver le groupe dans le lieu de compétition. Les changements impliquent aussi que je me retrouverai avec une autre nageuse dans la chambre, ce qui demande de faire des concessions pour que la cohabitation se passe au mieux. Les camps d'entraînement engendrent également des changements, mais sur des périodes plus longues.
La nourriture est un élément important pour ce temps-là. Il arrive fréquemment que je tombe malade à cause de l'alimentation. Le décalage horaire est anticipé par une adaptation de plusieurs jours avant la compétition sur le lieu de la course. Durant le camp d'entraînement préliminaire, les horaires des entraînements sont adaptés à ceux de la compétition. Le grand défi est que je puisse mettre toutes ces contraintes au deuxième plan et me focaliser sur l'objectif de performance.

Où vous sentez-vous bien?
L'endroit où je me sens le plus chez moi reste la maison de mes parents. Lorsque je pars longtemps, je me réjouis de rentrer et je peux dire que c'est «chez moi». J'ai un sentiment de sécurité en présence de ma famille. Mais je reste tout de même à l'aise dans les groupes dans lesquels je me retrouve, les bassins d'entraînement et de compétition.

Vous êtes chrétienne. Est-ce que votre foi vous aide à gérer la pression, la concurrence sportive, la solitude éventuelle lors de ces nombreux déplacements pour des compétitions?
Oui, ma foi m'aide pour tout ce que j'entreprends. Elle m'aide à garder la confiance en moi car je sais que je ne suis jamais seule. Je peux décharger ma pression en compétition sachant que Dieu est auprès de moi. Je peux confier mes craintes, peu importe le moment et l'endroit. Dans des moments de solitude qui surviennent même parfois en présence d'un groupe, je peux me tourner vers Dieu qui entend mes prières et m'accorde la sécurité peu importe où je me trouve dans le monde.

Selon vous, que signifie une fête de Noël réussie?
Une fête qui réunit la famille autour d'un bon repas. C'est le moment où nous célébrons la naissance de Jésus et nous nous rappelons ce qu'il a fait pour nous. C'est un temps de réjouissance et de reconnaissance dans lequel le Noël commercial n'a pas sa place.

Propos recueillis par Christian Willi

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © DR
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x